l'Esperluette

Association pour la Promotion des Arts de la Lettre

 

 

C'est la ligature des lettres "e" et "t". C'est aussi la figure du noeud, et le symbole de l'union.
Au XIXe, l'esperluette devient le & commercial, qui lui donne sa forme la mieux connue.
Dans les années 50, au moment où les techniques de photocomposition remplacent la composition traditionnelle avec les caractères en plomb, la survie de l'esperluette est très compromise. Elle est heureusement défendue par Maximilien Vox (le fondateur des Rencontres de Lure) qui y voit la "pierre de touche de l'influence de l'esprit calligraphique dans la typographie."
Les formes de l'esperluette sont innombrables, d'une infinie variété. Un seul calligraphe pouvait se permettre de créer de nombreuses formes dans une même page, on la voit même terminer les mots c'est à dire sortir de sa seule fonction grammaticale liée à l'expression de la conjonction. On est donc tenté de croire que son usage est lié à l'esprit créatif.
Tous les calligraphes et les grands créateurs de caractères ont perpétué cette tradition.

 

 

 

 

 

ACCUEIL

COURS - STAGES

REPÈRES

PHOTOS

LIENS

CONTACT


 

 

 

 

 

La revue
Arts& Métiers du Livre
a publié une étude de Paul Standard, calligraphe américain à qui l'on doit le regain d'intérêt pour la calligraphie latine.
Dans cet article, qui date de 1938, Paul Standard s'intéressait particulièrement aux caractéristiques de l'esperluette dans différents pays

 

Il distingue les grands calligraphes de la Renaissance italienne : Arrighi, Tagliente, Palatino qui rayonnèrent au travers de manuels d'écriture qui se sont diffusés dans toute l'Europe. Les esperluettes issues de cette influence débordent d'astuce, de créativité, de liberté qui contrastent fortement avec les esperluettes en usage en Angleterre.

Arrighi 1522, Italie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En France, les maîtres d'écriture tel Barbedor, firent du XVIIe le siècle de l'esperluette. Elle était dépouillée de toute fioriture, plus austère et plus belle que précédemment.
Les maîtres d'écriture anglais du XVIIIe siècle comme Shelley ou Champion, pouvaient tracer des formes ornementales florissantes, mais leurs moyens d'existence dépendant d
Mercator, 1540, Pays Bas
Seddon, 1695, Angleterre
e l'enseignement de l'écriture commerciale utilisée pour la tenue des livres de comptes, ils mirent au point des tracés plus simples et pratiques pour accompagner les alphabets qui les contenaient.

 

 

 

 

Barbedor, 1659, France

 

 

 

 

 

Vous trouverez plus d'informations sur l'Esperluette sur ces sites :

les demoiselles enlacées ou wikipédia